Les sites incontournables de l'Île Maurice

65310

J'espère sincèrement que mon voyage pour l'île Maurice sera agréable. J'avais déjà fait une expérience assez désagréable lors d'un périple à l'étranger. Avec des amis, on avait décidé de partir à l'aventure, sans réservation ni préparation aucune. On s'était dit qu'on allait facilement trouver un logement.  A notre arrivée, presque tous les établissements étaient remplis car la ville accueillait aussi une compétition sportive internationale. On s'était retrouvés dans un hôtel miteux où on était restés la première nuit. On a vite fait de se trouver un autre logement le lendemain. Heureusement que j'étais très jeune à l'époque et qu'on était nombreux. Je trouvais que c'était une expérience plutôt fun à cette époque. Depuis, j'ai pris de l'âge et je préfère bien préparer mes vacances pour éviter les mauvaises surprises. 

Pour mes vacances à l'île Maurice, j'ai déjà réservé ma chambre d'hôtel dans un établissement réputé du nord de l'île. Pour occuper mes journées, j'avais prévu de faire le tour de l'île. Grâce au site http://ilemaurice.com/sites-a-visiter-quels-sont-ceux-qu-il-ne-faut-pas-manquer.html, j'ai une idée précise des lieux incontournables de l'île Maurice. J'ai hâte de voir les feuilles de nénuphars géants dans le Jardin botanique Sir Seewoosagur Ramgoolam. Le site web raconte que les plus grandes peuvent atteindre 5 mètres de diamètre. Je compte aussi voir de près l'emblème de l'île, une plante endémique connue sous le nom de boucle d'oreille.

A la description des autres sites célèbres de l'île, ils méritent tous le détour. La question qui revient souvent dans ma tête est si ces deux semaines seront suffisantes pour découvrir tout çà. Mais ce dont je suis sûre, c'est que je nagerai bientôt dans le lagon Trou d'Eau Douce.  Tous mes amis qui avaient séjourné à l'île Maurice le décrivent comme un des plus beaux sites du monde, avec ses eaux turquoise et ses belles plages. J'ai tellement hâte d'être sur place. 


 
    

Petit paradis pour faire du shopping

41_1

Mon mari n’était pas content du tout à notre retour de vacances, on s’était retrouvés avec plus de bagages au départ qu’à l’arrivée.

Lorsqu’on avait  organisé nos vacances à l’île Maurice, on avait déjà déterminé un budget pour nos différentes dépenses. Parmi celles à prendre en compte en priorité, il y avait le prix des billets d’avion, les frais d’hébergement ainsi que la restauration. Pour faire des économies, on avait choisi de loger dans une villa aux dimensions modestes mais qui disposait de tout l’équipement pour notre confort. La cuisine était aménagée, et il y avait l’eau chaude. Nos enfants avaient chacun leur chambre et il y avait une petite cour où on déjeunait quand il faisait beau.

Mais ce qu’on n’avait pas prévu du tout, c’était la présence sur l’île d’une multitude de boutiques qui proposaient divers articles aux prix aussi attractifs les uns que les autres.

Avec ma fille, on avait consacré quelques jours pour faire du lèche-vitrine uniquement. Il y avait des enseignes qui proposaient des articles de grandes marques, qu’on n’aurait pas pu s’offrir en France en dehors des périodes de solde. Elle a acheté deux paires de jeans et  des T-shirts. J’ai pris une paire de tennis pour mon fils. Quant à moi, j’ai trouvé quelques petits hauts et des robes aux magnifiques couleurs chatoyantes. Durant nos escapades en ville, on a même trouvé une boutique qui vendait des articles artisanaux de très bonne qualité. On a pris des sandales en cuir, quelques bracelets aux motifs locaux ainsi que des sacs ethniques. Pour ramener le tout en France, on a même dû se procurer une petite sacoche.Et c’est ce sac supplémentaire qui a rendu mon mari furieux. Il a dit qu’on a fait des dépenses folles et inutiles.

Il peut bien parler, lui il a acheté une maquette de bateaux qu’il veut exposer dans notre salon. Je ne comprends pas pourquoi il est fâché, chacun a passé un séjour merveilleux.


 
    

La conduite sur les routes mauriciennes

IMGP4806

Voulant partir à la découverte de l’île Maurice, j’avais dans l’idée de prendre une voiture auprès d’une agence de location. Etant une conductrice aguerrie, je ne m’étais même pas posé la question si j’aurais des difficultés pour circuler sur les routes mauriciennes.

Mais lors du trajet entre l’aéroport et mon hôtel, je me suis aperçue que la conduite à Maurice et très différente de celle en Europe. Il faut d’abord circuler à gauche, comme ce qui est pratiqué en Angleterre. Mais les règles de conduite en vigueur donnent la priorité à droite. Je souhaite bon courage à quelqu’un qui veut conduire sans assistance à Maurice. J’ai eu la peur de ma vie quand mon taxi est entré dans un rond point. Les conducteurs s’y engagent en suivant le sens des aiguilles d’une montre. Passer les vitesses avec la main gauche n’est pas chose aisée pour quelqu’un qui n’est pas habitué. Même le tableau de bord est déconcertant. On a l’impression que les commandes ont été déplacées. Il faut aussi connaître l’équivalence du kilomètre en miles. En effet, la plupart des véhicules affichent les vitesses en miles alors que les panneaux de limitation de vitesse sont en km/h. En parlant de ces panneaux, leur nombre est assez restreint.

Il faut aussi s’habituer aux conducteurs locaux. Ils utilisent beaucoup leur klaxon mais signalent tout  changement de direction en sortant le bras par la fenêtre, au lieu d’activer leur clignotant. De plus, certains sont d’une incivilité incroyable. Heureusement que ce n’est pas le cas de tous.

Malgré tout, les règles de sécurité sont à respecter pour éviter les accidents. Il est interdit de téléphoner au volant et le port de ceinture est obligatoire. Le taux d’alcoolémie maximum autorisé est de 50mg par litre de sang. La prudence est de mise si on veut conduire la nuit. Beaucoup de moyens de locomotion à deux roues circulent sans feu de signalisation. Il est aussi fréquent de rencontrer des animaux comme des vaches, des chèvres, des chiens errants.

Pour passer des vacances tranquilles, je préfère me faire conduire que conduire…


 
    

Le sud de l’île Maurice

lagon-turquoise

Le sud de l’île Maurice fait partie de ces zones que l’on surnomme l’arrière pays.  Avec une connotation assez négative, ce terme signifierait « sauvage, voie de communication limitée, absence d’infrastructures touristiques, isolement ».

La région sud de l’île Maurice est moins connue que ces grandes voisines de Grand Bay et de Flic en Flac au nord. En effet, les plages et les zones touristiques se font plus rares. Mais, la région garde tout de même son charme.

Il ne faut pas oublier que cette région a encore beaucoup à dire. Le spectacle est surtout époustouflant pour les amateurs d’images. Les photographes professionnels ou amateurs apprécieront de découvrir les falaises abruptes, immenses et dangereuses, à la pointe sud de l’île.

A voir sur le papier, on a l’impression qu’il n’y a rien à faire dans cette région. Mais en réalité, elle regorge de petits villages sympathiques qui se sont bien développés grâce aux champs de canne à sucre.

Le village de Mahebourg en fait partie. D’une grande importance historique, ce village authentique est le dernier témoin d’une vie coloniale particulièrement active dans la région. D’ailleurs, il est encore possible d’y trouver des constructions architecturales de style mauriciennes coloniales.

Il ne faut pas oublier Souillac, situé le long de la route côtière et qui tient quand à elle un rôle économique important. Elle a été le centre de production des produits issus de la cane à sucre durant tout le 20ème siècle. Les sites à visiter sont nombreux et parmi eux des vestiges du passé  comme l’ancien réseau ferroviaire, l’ancienne gare, les anciens édifices religieux et administratifs.

C’est aussi le cas d’un domaine appelé le  « Domaine de Bel Ombre » qui s’étend sur plus de 2500 hectares entre les montages et le lagon. Anciennes plantations de cannes à sucre, le domaine baigne dans un luxe rayonnant avec deux hôtels hauts de gamme et proposent de nombreuses activités : golf à 18 trous, surf, voiles,  snorkelling, catamaran.