Jean-Louis Aubert

Jean-Louis Aubert
 
    
 
Biographie

En
1959, sa famille déménage à Senlis (dans l'Oise), puis à Paris en 1965. Jean-Louis est un enfant difficile, caractériel et indiscipliné. Plus tard, il suit sa scolarité au Lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine avec ses potes Louis Bertignac et Olivier Caudron. Avec eux à 15 ans en 1970 il forme son premier groupe Masturbation. Avec beaucoup de chance, il obtient son bac C en 1973. Peu porté sur les études, il se consacre déjà au lycée à son unique passion : la musique. En 1974, à 19 ans, il part en voyage aux États-Unis, au titre de son service militaire, accompagné de son ami d'enfance Olive. Ils y mènent finalement pendant cinq mois une vie d'artistes-aventuriers-routards-musiciens et sillonnent les routes en auto-stop avec leurs guitares, leurs répertoires de musique (Rolling Stones, Bob Dylan, Easy Rider, Santana, Deep Purple, etc.), leur inconscience et leur confiance en eux. Ils survivent de la manche et de l'hospitalité de leurs rencontres

Sémolina
De retour à Paris, il chante dans les boums et fêtes de son quartier (le XVIe arrondissement de Paris) et dans les universités, les grandes écoles, sur les campus. Il rencontre le batteurRichard Kolinka qui vient d'écrire un opéra avec le bassisteDaniel Roux. Aubert est impressionné et forme avec ses nouveaux amis le groupe Sémolina en 1975. Ils enregistrent un 45 tours chez WEA à l'été 1976 : « Et j'y vais déjà » (face A, écrit et chanté par Daniel Roux), « Plastic rocker » (face B, écrit et chantée par Jean-Louis qui donne de sa voix pour la première fois). Warner Music Group enterre rapidement le disque, aujourd'hui collector, et le groupe, ce qui déçoit profondément les intéressés. Aubert tente l'université de musicologie de Vincennes mais passe l'essentiel de son temps à jouer de la guitare dans une cave avec ses copains colocataires.

Téléphone

Article détaillé :
Téléphone (groupe). En novembre 1976, Richard Kolinka loue une salle de concert, mais le groupe avec lequel il est supposé jouer n'est pas disponible. Il réunit alors quelques amis qu'il apprécie et avec qui il joue depuis longtemps : Jean-Louis Aubert, le guitaristeLouis Bertignac et la bassisteCorine Marienneau. Le concert a lieu le 12 novembre 1976 au Centre Américain de Paris, devant 600 personnes. Leur prestation est essentiellement composée de reprises anglo-saxonnes (Rolling Stones, Led Zeppelin), mais aussi des premières chansons écrites par Jean-Louis Aubert, dont « Hygiaphone » et « Métro, c'est trop ». C'est une énorme ovation pour le nouveau groupe qui prend le nom de Téléphone et qui devient rapidement le groupe phare du rock français des 1980. Jean-Louis Aubert compose la majeure partie des chansons du groupe, joue de la guitare et chante. Il se révèle une véritable bête de scène. L'album Crache ton venin de 1979, avec le titre « la Bombe humaine », devient l'hymne d'une génération avec 600 000 albums vendus. Le groupe devient culte, véritable phénomène de société. En 1980, le groupe est à son apogée et joue en première partie d’Iggy Pop en Angleterre et en Allemagne. En 1982, ils réalisent leur rêve : jouer en première partie des Rolling Stones à l’hippodrome d’Auteuil devant près de 80.000 personnes. En 1985, Jean-Louis Aubert devient père d'un petit garçon prénommé Arthur. En avril 1986, après dix années d'aventure, cinq albums studios en tête des ventes, plusieurs tournées et concerts gigantesques, le groupe se sépare en deux, suite à des mésententes, des problèmes d'ego, la pression médiatique et l'usure : Aubert'n'Ko avec Jean-Louis Aubert et Richard Kolinka d'un côté, Bertignac et les visiteurs avec Louis Bertignac et Corine Marienneaude l'autre.


Aubert'n'Ko

Avec Richard Kolinka, son copain de toujours, il sort un 45 tours « Juste une illusion », sous le nom de Aubert'n'Ko. Daniel Roux se joint à eux ainsi que le percussioniste Feedback et Marine Rosier aux claviers. En 1987 le groupe sort l'album « Plâtre et ciment ».

Jean Louis Aubert solo
Jean Louis Aubert réalise à partir de 1989 un travail plus personnel et explore le monde de la musique. L'album Bleu Blanc Vert démarre véritablement sa carrière solo, avec une approche musicale s'éloignant de plus en plus de Telephone. Cette album couvre des succès tels que Voilà c'est fini ou encore Sid'Aventure. L'album se révèle sous les couleurs de l'écologie, et d'un ton plus intimiste. Le 11 juin 1993 sort l'album "H". Album introspectif, comprenant le succès Temps à nouveau / A l'eau est enregistré dans des studios itinérants (dont l’Hôpital Éphémère, fameux squat d’artistes parisiens à cette époque) pendant la première guerre du Golfe, avec la participation de Paul Personne et Princesse Erika. H propose les interrogations de son auteur sur l'absurdité de la condition humaine. Il servira de base à l’une des plus grosses tournées d’Aubert, dont sera tirée le live Une page de tournée en 1994. En 1997, Jean-Louis Aubert sort son 3ème album solo, Stockholm, qui restera un album surprenant, aux influences multiples et aux sonorités variées, en témoigne le nombre de producteurs et de studios d'enregistrement ou de mixage mis à contribution. L'histoire veut que Jean-Louis se soit fait dérober le sac contenant tous ses textes et ses compositions et qu'à la suite de ce « léger incident », il soit parti pour Stockholm afin d'y composer cet album sur le vif, somme de ses souvenirs d'écriture et de ses inspirations du moment. Il en résulte un album certes inégal, véritable mosaïque de styles, mais qui pris dans son ensemble, parvient à dégager une âme et à se créer une identité. L'année suivante, Jean-Louis Aubert sort son premier album « live », Concert Privé, avec la complicité de plusieurs artistes tels les « Nubians ». En 2001, avec quelques rides apparentes, Jean-Louis Aubert sort l'album Comme un Accord, succès incontesté de sa carrière. Cet album, riche de mélodies accrocheuses, mélange pop et rock, offre une large gamme des inspirations et des idées de l'auteur, avec notamment Comme un Accord, Alter Egoinspiré a son ami Olivier Caudron , ou l'électrique Milliers Millions Milliards. Une tournée à guichet fermé de plusieurs mois découlera de l'album, saluant le succès de ce dernier, suivi d'un DVD, Comme on a dit retraçant la tournée. A 50 ans, en 2005, Jean-Louis Aubert sort sa nouvelle « tête de gondole », album nommé de l'étrange nom Ideal Standard. Comme à son habitude, Aubert met le ton avec des musiques de plus en plus recherchées, textuellement et musicalement. L'album remporte un franc succès, et une nouvelle tournée « DvDisée » est enclenchée, rallongée de plusieurs dates par son succès. En 2007, Aubert décide de se lancer seul dans les salles de concerts, avec une simple guitare acoustique, et retracer, avec le public, sa carrière depuis les débuts de Téléphone jusqu'à Idéal Standarddedié a son ami Olivier Caudrondu groupe Lili_Drop a titre posthume. Un Tour sur moi-même, tournée de 4 mois à l'origine, durera finalement pratiquement une année, à la suite des demandes incessantes du public. Un DVD "Un tour sur moi-même... avec Vous" sort en juin 2008. Jean-Louis Aubert a donc su, durant toutes ces années de carrière, dépasser les modes et accrocher un public toujours présent. Il reste à ce jour, l'une des plus grandes icônes du Rock Français. Cette reconnaissance lui permet d'être un pilier, modeste certes, des Enfoirés, aux concerts desquels il a participé de 1994 à 2009.


Citations
  • « C’est quand tu es en « solo » que tu es le plus entouré. Tu as une pléiade de musiciens autour de toi. Forcément tu es plus ouvert aux autres... Il y a eu des moments au sein de Téléphone où je me sentais plus seul (sourire). »
  • « J’ai traversé les États-Unis en autostop, on ne payait jamais l’hôtel parce qu’on jouait de la guitare et pour les gens, c’était une petite fête. On se réunit autour de l’instrument, on boit un coup, on chante... »
  • « La guitare est un bon passeport, ça permet de rentrer un peu partout. Quand je pars en vacances, j’emmène toujours ma guitare. »
  • « Quand ma maison de disques me demande pour des problèmes de piratage de CD, je leur réponds : " Écoutez, moi je suis musicien. On existait avant le CD, on existera après. Dans les pays les plus pauvres, la musique remplace le pain, foutez-moi la paix ". »
  • « Aujourd’hui, je ferais bien un titre où il y aurait des bugs, la petite abeille qui resterait collée sur l’écran, tout ce qui nous fait perdre du temps sur les ordinateurs. D’ailleurs, le mien est tombé en panne il y a six mois, je ne l’ai pas fait réparer, et depuis je gagne un temps fou. »
  • « Je n’ai jamais été super bien dans mon corps. J’ai toujours eu mal quelque part. Pas très mal non plus ! »

poster un message    lire les messages [0]