INSERT command denied to user 'extads_blog'@'10.0.65.134' for table 'log'UPDATE command denied to user 'extads_blog'@'10.0.65.134' for table 'log' Histoire du Berry LE BERRY : Histoires des lieux et des hommes

L'abbaye cistercienne féminine de Beauvoir

 "Atelier Sant Johan" Brouillamnon Plou .Article écrit par R. Johannot en septembre 2012, publié sur ce site le 22 septembre 2012.


L'abbaye cistercienne féminine de :
Notre Dame de Beauvoir

(commune de Marmagne)

 

Situation est configuration du lieu.

Dans le département du Cher, à mi-chemin entre Mehun sur Yèvre et le village de Marmagne, sur la route départementale 170, à gauche, se trouve un embranchement où débute un chemin vicinal sans issue, qui mène au lieu-dit « Beauvoir ».
Ce hameau s'établit de part et d'autre de ce  chemin qui enjambe le canal du Berry aujourd'hui déclassé et qui se termine à un ancien moulin établi sur la rive gauche de la rivière Yèvre.

En fait le hameau de Beauvoir rassemble trois lieux distincts:
* Lorsqu'on emprunte le chemin dont on vient de parler, on est à « La Vierge de Beauvoir ».
* En poursuivant un peu , un chemin à gauche mène au « Village de Beauvoir ».
* A droite le regard se porte sur « Les terres de Beauvoir ».
Se trouvant là, ce lieu-dit « Beauvoir » est donc en Champagne berrichonne, sur le plateau calcaire qui s'étend entre la vallée de la rivière Cher et celle de la rivière Yèvre.
La réputation des terres ce plateau pour leur production céréalière n'est plus à faire, mais pourtant, le lieu-dit « Beauvoir » est entouré à l'Est et au Nord de bois  qui lui confèrent un aspect paisible bien moins monotone que celui que donne la vision de ces grandes parcelles cultivées.

C'est dans cet écrin, dans ce hameau, que se situe la dernière abbaye cistercienne établie sur le diocèse de Bourges :
« L'abbaye Royale de Filles de Nôtre Dame de Beauvoir de l'Ordre de Cîteaux ».
Cette abbaye fut, sur ce diocèse, et de par sa date de fondation, la deuxième à accueillir des femmes.
A l'origine, lors de leurs implantations primitives, cette abbaye, ses dépendances et son moulin étaient en accès direct à la rivière, mais lorsque le canal du Berry fut construit, entre 1808 et 1840, son tracé l'inséra entre l'abbaye et son moulin séparant l'ensemble.

Carte IGN 2324o



 

Histoire de l'abbaye.

C'est en apprenant que l'abbaye de Beauvoir fut fondée en octobre1234(1) par les volontés de Robert I de Courtenay alors à la guerre en terre sainte, petit fils de roi de France Louis VI et de son épouse, qu'on comprend pourquoi l'abbaye fut implantée en ce lieu.

Robert I de Courtenay seigneur de Champignelles, de Champignolles, de Château-Renard en partie, de Charny, de Conches, de Nonancourt, avait épousé en deuxième noces, Mahaud (ou Mathilde) fille de Philippe de Mehun, qui lui avait apporté en dot sa seigneurie de Mehun dont-elle portait le nom.
Robert de Courtenay avait la charge royale de « bouteiller » et malgré ses nombreux autres titres, c'était à Mehun près de son épouse Mahaud qu'il aimait séjourner, car il avait des attaches familiales non loin de cette seigneurie :

A Charost, demeurait sa sœur Isabeau (Elisabeth) de Courtenay qui avait épousé Gautier II de Charost.

A Issoudun,  il y avait sa belle sœur Agnès de Nevers épouse de son frère Pierre qui était aussi la demi-sœur d'Eudes II d'Issoudun.

Cette noble famille de sang royal fonda donc l'abbaye de Beauvoir avec l'intention qu'elle y abrita les sépultures familiales de cette lignée, des Courtenay.
Nous percevons clairement le rôle prépondérant qu'eurent sans doute les trois femmes précitées dans la fondation de cette abbaye, il n'est donc pas  illogique d'apprendre qu'elle accueillit des religieuses de l'ordre de Cîteaux.

La fondation de cette abbaye fut confirmée en 1236, 1237 et 1243 Par Robert de Courtenay et Dame Mahaud de Mehun.

En 1243 la confirmation sera faite, par le don, après la Saint Martin, de la métairie de Fontaine-Léon(2), par Dame Mahaud seulement, car son époux Robert était mort en Palestine en 1239.

Le roi Louis IX confirma également cette fondation qui conservera comme reliques plusieurs objet personnel de ce saint roi, entre-autre un de ses couteaux(3). Car le roi et sa mère Blanche de Castille demeurèrent lors de leurs séjours en Berry, en cette abbaye.(4)

Elle fut encore confirmée en 1248 par Pierre de Courtenay seigneur de Conches et de Mehun fils de Robert de Courtenay et de Mahaud de Mehun et par Perrenelle de Joigny son épouse et par Robert d'Artois leur fils.

Cette confirmation fut de nouveau effectuée en1269 par Robert d'Artois seigneur de Conches et de Mehun, fils de Pierre de Courtenay et de Perrenelle de Joigny et par son épouse Amicie de Courtenay. Notamment par lettres par lesquelles Robert, Comte d'Artois, Seigneur de Conches, Mehun et Donfront, et Amicie de Courtenay, sa femme, déclarent qu'ils veulent et consentent que les abbesses et couvent de Notre-Dame de Beauvoir, près Mehun jouissent, à toujours, d'une place à Mehun, que feu André de Vermucia, leur avait donnée, près de sa maison, tenant au chemin qui conduit à Virsiorem (Vierzon), près la porte Rolain. Fait en décembre 1269 à Paris.(5)

En 1295, Philippe de Mehun, fils de Robert d'Artois et d'Amicie de Courtenay, époux de Blanche de Bretagne, fit don par testament d'une somme de 40 livres à l'abbaye de Beauvoir.(6)


On sait que cette abbaye eut de modestes revenus provenant au début de son existence de :
* Six métairies
* De plusieurs étendues de vignes notamment au Petit et Grand Vilalin,(7)
* D'un étang et d'un moulin établi sur les rives de l'Yèvre,
* Des droits et rentes, tels que des droits d'usages en forêt de Volt appelée depuis forêt de saint Laurent, en bois mort et en bois vifs d'une chartée à deux chevaux par jour et tel le droit en cette forêt au panage (pâture) de 50 porcs en glands et faines(8).

Son histoire interne au travers du temps est assez difficile à reconstituer !

Ce qu'on sait d'elle c'est que :
Les abbesses portaient la crosse et que les sœurs étaient toutes issues de nobles familles de la contrée.(9)


Liste des Abbesses de Notre Dame de Beauvoir : (10)

* Isabeau ou Isabelle fut abbesse en 1266 et en 1283.
* Vers 1471, une certaine Guillemette de Fradet fut abbesse de Beauvoir.(11)
* Puis nous trouvons Jeanne Beaulme comme abbesse.
* En 1483, ce fut Pétronille De Fleers qui était abbesse.
* En 1505 et 1513, ce fut Louise I De La Rivière qui en était abbesse.
* Puis nous trouvons Louise II De La Chastre., peut-être la- même que la précédente.
* En 1513, Marie De La Sommaigne est élue abbesse. Elle mourut le 14- janvier 1542.
On trouve cependant, parmi les Abbesses, Pétronille morte le 20 janvier 1541. II est vraisemblable.que celle-ci avait obtenu l'abbaye par résignation, et qu'elle mourut avant Marie.
* En 1543, Catherine Marie De La Chastre est abbesse. Elle mourut en 1587, mais nous savons qu'elle avait laissé sa charge longtemps avant fa mort.
* En 1566, ce fut Charlotte De La Chastre qui devint abbesse de Beauvoir. Elle mourut en 1598.
* Vers 1598, ce fut Renée De Rolland (ou Roulants) qui devint abbesse. Elle mourut en 1625.
* Vers 1628, ce fut Louise III De La Haye, qui devint abbesse. Elle mourut en 1650.
* Après 1636 on trouve Françoise de Lusignan de Saint Gelais comme abbesse de Beauvoir.(12) Elle fut transférée à l'abbaye de Gercy.
* En 1658 l'abbesse de Beauvoir fut Elisabeth Anne Catherine de Beauvillers.(13) Elle fut transférée à l'abbaye de Lieu-Notre-Dame dans le diocèse d'Orlèans.
* Avant 1662 l'abbaye de Beauvoir serait gouvernée par Gabrielle de Beauvillers qui succéda ainsi à sa sœur Anne. Elle fit des dépenses inconsidérées qui mirent la communauté en difficultés. Elle se démit de sa fonction en 1677. (14)
Mais il ne faut pas croire que ce furent les négligences de cette abbesse qui occasionnèrent la ruine d'une importante partie du bâti de l'abbaye, la guerre civil qui opposait le roi Louis XIV et le Grand Condé fut responsable d'une grande partie de cette destruction. En 1662, l'état du bâti était décrit en ces termes (16): "les lieux réguliers ont été ruinés et le sont encore n'y ayant pas même de dortoir pour loger les religieuses".
* En 1676, le roi Louis XIV mit Marie Chauvelin de Richemont en situation d'abbesse de Beauvoir. Elle sera confirmée dans sa charge en 1677. Elle fut bénite comme abbesse par l'Abbé de Cîteaux en 1690.

Elle doit-être considérée comme la seconde fondatrice de l'abbaye de Beauvoir.
Elle répara les fautes de Gabrielle de Beauvillers par une sage gestion.
Ce fut elle qui releva l'abbaye de ses ruines et qui, lorsque ce fut nécessaire, fit reconstruire les bâtiments détruits.(16)
En l'année 1750, le couvent comprend l'église, plusieurs chapelles, des cloîtres un dortoir, des greniers, une infirmerie, un appartement pour les hôtes et divers bâtiments annexes(17).

* En 1759, ce fut Madame Joly De Fleury, qui devint abbesse.
* En 1765, ce fut Madame de Montigny qui devint abbesse de l'abbaye de Beauvoir.

En 1775 l'abbaye de Beauvoir était évaluée à 5000 livres.(18)

A la Révolution de 1789, l'abbaye tomba dans l'escarcelle des « Biens Nationaux » et fut vendue par l'Etat, le 30 avril 1791 pour la somme de 125 900 livres.
A ce moment la communauté religieuse de l'abbaye se composait encore, d'une l'abbesse, de neuf religieuses et trois converses.  

Il semble enfin que le lieu servit de cantonnement à une unité de l'armée allemande au début de la seconde guerre mondiale.

 

Fonctionnement et administration dans le temps, de l'abbaye de Beauvoir.

Tout au long des 17 siècles de son existence, cette abbaye a vu des évolutions de son patrimoine, de ses dotations, de ses rentes et revenus. Elle eut même quelquefois à affronter des procès necessaires à la défense de ses intérêts

 

"Patrimoine de l'abbaye " évolution dans le temps (19) :
(ADC = Archives Départemrntales du Cher)

*1239-1732 : Lieu du bien : « Bussy ». Nature du bien : domaine. (ADC : 37H20)
*1261-1549 : Lieu du bien : « Lantan ». Nature du bien : Terres, prés, bois. (ADC : 37H28)
*1266-1774 : Lieu du bien : « Bourges ». Nature du bien : maisons, vignes au vignoble de Beauregard. (ADC : 37H18)
*1279-1649 : Lieu du bien : « Berry-Bouy ». Nature du bien : terres et près. (ADC : 37H19)
*1450-1778 : Lieu du bien « Marmagne et Crécy ». Nature du bien : réserve de l'abbaye (domaines de la Champignonerie, du Colombier, du Crot, moulin de Beauvoir, etc.…). (ADC : 37H29)

*1495-1757 : Lieu du bien : « Fussy ». Nature du bien : terres et prés, (ADC : 37H27)
*1500-1771 : Lieu du bien : « Bussy ». Nature du bien : Chevance de Bussy dite le petit Beauvoir.(ADC : 37H23)

*1521-1776 : Lieu du bien : « Allouis ». Nature du bien : étang, bois, métairie de la Folie, baux. (ADC : 37H16)
*1537-1779 : Lieu du bien : « Foecy ». Nature du bien : prés. (ADC : 37H26)
*1572-1779 : Lieu du bien : « Quincy ». Nature du bien : métairie de Volveau, vignoble de Villalin.(ADC : 37H38)
*1616-1666 : Lieu du bien : « Menetou-Salon ». Nature du bien : domaine de Bonnefond. (ADC : 37H34)
*1660-1776 : Lieu du bien : « Vignoux-sur-Barangeon » : métairie Parc de Saint Laurent. (ADC : 37H43)
*1678- ???? : Lieu du bien : « Saint-Laurent-sur-Barangeon ». Nature du bien : terre et bois de Beaumont. (ADC : 37H40)

"Administration de l'abbaye"au cours du temps :
*Notons en premier lieu, que les Archives départementales du Cher conservent une charte fondatrice concernant cette abbaye, qui peut être considéré comme l'une des plus belles chartes de la région.
*1234-1645 : Nature du contenu traité dans les documents : Fondation de l'abbaye par Robert de Courtenay seigneur de Mehun-sur-Yèvre et son épouse Mahaud ; confirmation et donations de ses successeurs ; privilèges royaux dans un cahier, XVII ème siècle. (ADC : 37H2)
*XVème siècle : Nature du contenu traité dans les documents : droits ; lettres ; privilèges ; fondation ; cahier d'inventaire de 130 actes du XIII ème siècle dont une partie est aujourd'hui perdue ;  censier de l'abbaye. (ADC : 37H1)
*1625-1713 : Nature du contenu traité dans les documents : Domesticité et journaliers oeuvrant à ou pour l'abbaye. (ADC : 37H5)
*1654-1777 : Nature du contenu traité dans les documents : Reconnaissances de cens. (ADC : 37 H)
*1764-1771 : Nature du contenu traité dans les documents : Mémoires et quittances. (ADC : 37H15)
*XVII ème et XVIII ème siècles : Nature du contenu traité dans les documents :37 H 12 :  Etat des revenus et charges. (ADC : 37H12)


"Donations reçues par l'abbaye" Evolution dans le temps :

*1234-1645 : Provenance et raison de la donation : Fondation de l'abbaye par Robert de Courtenay seigneur de Mehun-sur-Yèvre et son épouse Mahaud. Nature de la donation : Terres et moulin de Beauvoir ; Privilèges royaux ;  confirmation et donations de ses successeurs,  plus privilèges (ADC : 37H2)
*1234-1773 : Provenance et raison de la donation : « Bussy ». Nature de la donation : dîmes, titres de propriété. (ADC : 37H22)
*1238-1773 : Provenance et raison de la donation : « Bussy ». Nature de la donation : censif, droit de terrage, 1238-1773. (ADC : 37H21)
*1544-1663 : Provenance et raison de la donation : Roi de France. Nature de la donation : Privilèges royaux. (ADC : 37H3)
*1647-1773 : Provenance et raison de la donation : « Privilège ». Nature de la donation : Privilège de franc salé. (ADC : 37H4)


 

"Rentes et revenus de l'abbaye". Evolution dans le temps :
*XIII ème siècle- 1763 : Provenance de la rente : « Crécy ». Nature de la rente : Rente maison ; locature, vignoble. (ADC : 37H24)
*1234- 1717 : Provenance de la rente : « Saint Laurent ». Nature de la rente : Rente de 400 livres sur le domaine en compensation de droits d'usage dans la forêt de Saint Laurent. (ADC : 37H9)
*1234-1774 : 37 H 11 : Provenance de la rente : « Mehun sur Yèvre ». Nature de la rente : Rente versée par les chapitres de Mehun-sur-Yèvre et Dun-le-Roi. (ADC : 37H11)
*1235-1747 : Provenance de la rente : « Preuilly ». Nature de la rente : dîme de Senay, terre de Richefort. (ADC : 37H37)
*1255-1768 : Provenance de la rente : « Saint Florent sur cher », « Mehun sur Yèvre ». Nature de la rente : Aides et gabelles. (ADC : 37H10)
*1270-1755 : Provenance de la rente : « Berry Bouy ». Nature de la rente : Dîmes d'Incé et Maupoux. (ADC : 37H17)
*1281-1772 : Provenance de la rente : « Crécy ». Nature de la rente : Dîme, portion congrue. (ADC : 37H25)
*1290-1638 : Provenance de la rente : « Vouzeron ». Nature de la rente : Rente sur terre et seigneurie de Vouzeron.  (ADC : 37H44)
*1366-1573 : Provenance de la rente : « Neuvy sur Barangeon ». Nature de la rente : Rente sur moulin de Toury. (ADC : 37H36)
*1486-1760 : Provenance de la rente : « Sainte Thorette ». Nature de la rente : Locature de la Brigandinerie, rente foncière. (ADC : 37H41)
*1487-1697 : Provenance de la rente : « Marmagne ». Nature de la rente : Bois, terrage, rentes. (ADC : 37H32)
*1555-1673 : Provenance de la rente : Mehun sur Yèvre ». Nature de la rente : Rentes sur maisons. (ADC : 37H33)
*1580 : Provenance de la rente : « Saint Doulchard ». Nature de la rente : Rente sur une vigne. (ADC : 37H39)
*1594-1766 : Provenance de la rente : ……Nature de la rente : Rente constituée due à l'abbaye. (ADC : 37H8)
*1664-1777 : Provenance de la rente : ……Nature de la rente : Rente constituée due à l'abbaye. (ADC : 37H7)


"Procès de justice et litiges de l'abbaye" Au cours du temps :
*1234-1713 : Lieu du litige : « Marmagne et Crécy ». Nature du litige : dîmes, procès avec le curé. (ADC : 37H30)
*1528-1763 : Lieu du litige : « Marmagne ». Nature du litige : rente, procès avec le seigneur. (ADC : 37H31)
*1554-1749 : Lieu du litige : « Rivières ». Nature du litige : procès au sujet de l'Auron, baux et droits de pêche dans l'Yèvre. (ADC : 37H6)
*1567-1768 : Lieu du litige : « Menetou-Salon ». Nature du litige : procès avec abbaye de Saint Sulpice. (ADC : 37H35)
*1708-1711 : Procès (ADC : (B 3089): Procès,
*1753-1778 : Lieu du litige « Beauvoir ». Nature du litige : Bâtiments et meubles de l'abbaye, affaires générales. (ADC : 37H14)
*Biens et pièces de procédure non identifié. (ADC : 37H45)

 

L'abbaye de Beauvoir aujourd'hui.

De nos jours, il ne reste rien de l'abbaye de Beauvoir si ce n'est que des vestiges englobés dans des bâtiments remaniés plusieurs fois (bâti n° 625, voir plan ci-dessous) ce qui rend l'identification de l'implantation ancienne quasiment impossible. Les vestiges de cette abbaye appartiennent aujourd'hui à un propriétaire privé.
On peut d'ailleurs s'étonner que la préservation qu'une telle abbaye qui servait de lieu de sépulture pour les Courtenay de Mehun et de Charost ;  où séjournèrent Saint Louis et sa mère Blanche de Castille ; et où les Abbesses appartenaient aux grandes familles du Berry, n'ait pas fait l'objet d'un suivi attentif  de la part des « Monuments Historiques de France », du moins en ce qui concerne l'information touristique de son  ancienne existence et de la situation du lieu qu'elle occupait.
Par contre, même si les bâtiments de l'abbaye ne sont plus identifiables, on parvient, à partir du plan cadastral du lieu-dit « Beauvoir », à localiser l'endroit exact où jadis, elle s'élevait.
En ce qui concerne sa forme originale d'implantation au sol, c'est une autre affaire !
Les descriptions anciennes font états certes d'une petite abbaye, mais d'une abbaye architecturalement très harmonieuse.

Entre sa création en 1334 et sa destruction lors le la guerre civile des frondes menées par Le Grand Condé dans la seconde moitié du 17ème siècle, on peut l'imaginer comme une abbaye très médiévale.
Sa reconstruction par Marie Chauvelin de Richemont à partir de 1676 à sans doute changé son apparence par des ouvertures plus grande, mais n'a pas, semble-t-il, modifié son implantation au sol et sa disposition.


 

 













Nous avons deux descriptions anciennes de cette abbaye :

*- L'une provient des documents établis pour l'évaluation de travaux  qui furent envisagés et peut-être exécutés à la fin du 18ème siècle.
Ces documents indiquent : «  que l'église mesurait 22 m. 75 de longueur et environ 10 m. de largeur. ». Le maître autel se serait trouvé à une extrémité, "du côté du midy". Elle comportait un petit clocher.
Ils indiquent ensuite que la maison claustrale est « solidement bâtie à la moderne ».
Les deux dernières ailes de cloître, très abîmées doivent être démolies. »(20)

*- L'autre description fut faite par Buhot de Kersers(21)en 1891 qui nous dit :
« L'église était cruciforme mais toute la partie orientale a disparu, ne laissant que la nef. »
« Des traces d'arrachement sont encore visibles ce qui permet de dire que cette partie était voûtée d'ogives reposant sur des chapiteaux mixtes. »
« La nef était longue de 11m. 50 et large de 8m. Elle devait être voûtée d'ogives portées par des colonnettes engagées dont la partie inférieure manquante a été remplacée par des culots anthropomorphes. La jonction entre colonnettes et ogives se faisait par l'intermédiaire de chapiteaux à crochets. »
« Les fenêtres anciennes se trouvaient être en arc légèrement brisé. Le mur sud est percé de grands oculi circulaires. »
« Le mur conserve une plaque portant l'inscription Marie Chauvelein de Richemont, 1699. Il s'agit sans doute d'une pierre rappelant que la tombe de l'abbesse se trouvait au-devant. »
« Lors de travaux entrepris aux alentours de 1870 pour transformer le chevet en jardin, on a trouvé une pierre tombale gravée représentant une femme, vêtue d'une robe à longs plis, qui se trouvait sous un arceau trilobé, avec un chien couché à ses pieds.

« Il y a sur cette pierre une inscription en partie effacée : «  Marguerite chai….jadis dame de Charost qui « gist et fut icy ensevelie en l'an de grâce MCCCXI V le vendredi « après la Saint-Martin d'y ver priez Dieu... l'âme de ly. »  qui tend à attribuer cette dalle funéraire au tombeau de Marguerite de Chauvigny, femme de Gautier de Chârost, décédée entre 1342 et 1348. (22)

 Un plan qui date de 1940 montre qu'à cette époque un seul bâtiment contenant des vestiges de l'ancienne abbaye (bâti n° 625 voir plan ci-dessus) est encore existant. Pour le reste du construit, il n'existe plus de murs élevés.
Il semblerait que l'abbatiale était implantée là où se trouve actuellement une piscine (Voir plan cadastral ci-dessus.(23)
Un ancien cadastre montre également trois bâtiments disposés en U. Il situe également, au sud,  le colombier encore existant de nos jours.

 Le plan ci-dessous propose,  une hypothèse vraisemblable de reconstitution du bâti ancien de l'abbaye de Beauvoir !


 

 












Déclinaison du nom du lieu "Beauvoir" au travers du temps (24)  (A.D.C = Archives Départementales du Cher)

*En 1231, « Abbatia monialium in loco qui dicitur de Bello Videre», 1231 (A.D.C. 18-7 H, abbaye de Lorroy).
*En 1234, « Bellus Visus juxta Magdunum », 1234 (Gallia Christiana, t. II, Instrumenta, col. 71).
*En 1259, « Monasterium Beatae Mariae de Bello Visu prope Magdunum», 1259 (A.D.C. 18-37 H, abbaye de Beauvoir)

*En 1261, « Castellania de Bello Visu », (A.D.C. 18-7 G, chapitre Saint-Pierre-le-Puellier de Bourges).
*En 1274, « Abbaye et convent de Beauvoir de lez Mehun », (A.D.C. 18-37 H, abbaye de Beauvoir)
*En 1327, « Abbaye et convent de Beauvoer pres Mehung », 1327 (A.D.C. 18-7 G, chapitre Saint-Pierre-le-Puellier de Bourges).
*En 1422, « Abbatissa de Bello Visu », (Pouillé de Bourges, p. 87).
*En 1450, « Abbaye et convent de Nostre Dame de Beauvoir près Mehun sur Evre », 1450 (A.D.C. 18-37 H, abbaye de Beauvoir).
*En 1476, « Monasterium Belli Visus », 1476 (A.D.C. 18-1 G, archevêché de Bourges).
*En 1486, « Beauveoyr », (A.D. 18-7 G, chapitre Saint-Pierre-le-Puellier de Bourges).
*En 1494, « Le village de Beauvoir », (A.D.C. 18-7 G, Saint-Pierre-le-Puellier de Bourges).
*En 1509, « Le village de Beauvoix », (A.D.C. 18-37 H, abbaye de Beauvoir).
*En 1520, « L'Abaye et convent de Beauvois lez Mehun », (A.D.C. 18-37 H, abbaye de Beauvoir).
*En 1522, « L'Abbaye de Beauvoys », (A.D.C. 18-37 H, abbaye de Beauvoir).
*En 1544, « L'Abbaye Nostre Dame de Beauvoir près Mehung », (A.D.C. 18-7 G, chapitre Saint-Pierre-le-Puellier de Bourges).
*En 1563, « Villaige de Beauvoys », (A.D.C. 18-C, Bureau des finances de Bourges).
*En 1616, «  L'Abbaye de Beauvois », (A.D.C. 18-37 H, abbaye de Beauvoir).
*En 1646, « L'Abbaye de Notre Dame de Beauvoix près Mehung », (A.D.C. 18-37 H, abbaye de Beauvoir).
*En 1648, « Abbatia de Bello Visu prope Magdunum super Evram »,  (Pouillé de Bourges).
*En 1669, « Le Moulin-de-Beauvoir », (A.D.C. 18-7 G, chapitre Saint-Pierre-le-Puellier de *Bourges).
*En 1686, « L'Abbaye royale de Notre Dame de Beauvois lez Mehun », (A.D.C. 18-37 H, abbaye de Beauvoir).
*En 1766, « Abbaye de Beauvoir, près de Mehun sur Yèvre, de Bellovisu, ordre de Citeaux »,  (A.D.C. 18-2 F 147, fol. 12).
*En 1766, « Abbaye Notre Dame de Beauvoir, abbaye de fille de Citeaux, Abbatia de Bellovisu, paroisse de Barmont Tinay, patron » : le Roi, (A.D.C. 18-2 F 147, fol. 49).
*En 1772, « Abbaye de filles de Beauvoir », paroisse de Berry, alternativement Marmagne, ordre de Citeaux, patron : le Roy, collateur : bulles, (Pouillé de Bourges, t. 2, fol. 14b-15a).
*En 1784, « Domaine et locature de Beauvoir »,  (A.D.C. 18 C, rôles des Élections de Berry) ; Beauvoir, 1809 (Cadastre).
*En ????, « Abbaye de Beauvoir », XVIIIe s. (Carte de Cassini)
*En 1809, « Ancien Couvent de Beauvoir », (Cadastre).
*En 1954, « Beauvoir, Abbaye de femmes, de l'ordre de Cîteaux, fondée avant 1231 par Robert de Courtenay, seigneur de Mehun-sur-Yèvre, et par Mathilde, sa femme, confirmé par Louis IX en 1234 » (A.D.C. 18-H 34).  (Cadastre).
*En 1954, « Village de Beauvoir », L'habitation principale occupe le site des bâtiments de l'abbaye. Fief. Le domaine de l'abbaye relevait des paroisses de Barmont, Commune de Mehun-sur-Yèvre, et de Marmagne, par années alternatives. Cartulaire : BN. Ms lat. 12742. A.D. 18-37 H 1-45. (Cadastre).
*En 2006, « Cartulaire de l'abbaye de Beauvoir » (Bibliothèque nationale de France (Paris) , lat. 12742 , ) ", in cartulR - Répertoire des cartulaires médiévaux et modernes . Paul Bertrand, dir. Orléans : Institut de Recherche et d'Histoire des Textes, 2006. (Ædilis, Publications scientifiques, 3).


Conclusions :

Cette abbaye de Beauvoir était avec celle de « Bussière » qui se situe à la frontière entre le Berry et l'Auvergne, les seules abbayes cisterciennes accueillant des femmes dans tout le diocèse de Bourges.
Aujourd'hui il ne reste rien de cette abbaye si ce n'est que des vagues vestiges dissimulés dans ce qui est une propriété privée.
Pourtant, cette abbaye eut une riche histoire qui dura 7 siècles. Les seigneurs et Dames de Mehun et de Courtenay l'avaient fondés pour y reposer pour l'éternité, et le roi Saint Louis en famille avec cette lignée, ainsi que sa mère Blanche de Castille aimaient y séjourner chaque fois que les affaires du royaume les amenaient dans le Berry. Des sépultures de grands personnages de cette région du Berry sont à jamais perdues.
Force de constater que l'existence de cette abbaye est complètement effacée de la mémoire collective. Si on la retrouve mentionnée dans l'histoire de Mehun sur Yèvre, elle est ignorée par l'histoire locale de Marmagne où pourtant elle se situait.
Il semble qu'il était temps de rassembler les éléments qui attestent de l'existence de l'abbaye de Beauvoir, afin de la faire resurgir d'un oubli qu'elle n'a certes pas méritée.

 

René Johannot le 20 septembre 2012.

Atelier « Sant Johan » Brouillamnon Plou « Les Cahiers de Sant Johan ».

 

 Notes de références :

[1] THAUMAS de La THAUMASSIERE. (Gaspard.). : « Histoire de Berry »  Edition Tonbeau, 1689. Page 379, 808.
Archives Départementales du Cher, 37 H 2.

 [2] THAUMAS de La THAUMASSIERE. (Gaspard.). : « Histoire de Berry »  Edition Tonbeau, 1689. Page 379.

[3] MARIN SAUGRAIN. (Claude.). : « Dictionnaire universel de la France ancienne & moderne, et de la nouvelle France »
Edition Saugrain 1726. Page 351-352
Archives Départementales du Cher : -.18-H 34.

[4] HIVER DE BEAUVOIR. (Alfred.). : « La librairie de Jean, duc de Berry, au château de Mehun-sur-Yèvre, 1416 ». Editions A. Aubry, 1860. 108 pages. Page 80.

[5] Premier cartulaire d'Artois : pièce 24.

[6] RAYNAL. De (Louis Hector Chaudru.). : « Histoire du Berry depuis les temps les plus anciens jusqu'en 1789 » Editions Vermeil, 1844. Page 290.

[7] AUZIAS. (Dominique.). LABOURDETTE. (Jean Paul.). : « Bourges 2012-2013 ». Editions Petit Futé, 2012. Page 176.

[8] THAUMAS de La THAUMASSIERE. (Gaspard.). : « Histoire de Berry »  Edition Tonbeau, 1689. Page 808.

[9] MOLERI. : « De Paris au centre de la France »  Librairie de L. Hachette et Cie., 1854. 122 pages. Page 24. 

[10] DU TEMS. (Hugues.). : « Le clergé de France, ou tableau historique et chronologique des archevêques, évêques, abbés, abbesses et chefs des chapitres principaux du royaume, depuis la fondation des églises jusqu'à nos jours ». Editeur Brunet 1775. Page 117.

[11] THAUMAS de La THAUMASSIERE. (Gaspard.). : « Histoire de Berry »  Edition Tonbeau, 1689.

[12] THAUMAS de La THAUMASSIERE. (Gaspard.). : « Histoire de Berry »  Edition Tonbeau, 1689. Page 752.

 THAUMAS de La THAUMASSIERE. (Gaspard.). : « Histoire de Berry »  Edition Tonbeau, 1689. Page 681.

 BUHOT DE KERSERS. (A.). : « Histoire statistique et monumentale du département du Cher », 6 vol. Paris, 1875-1895, réédition. 1991.  

[15] Texte de 1717.

[16] BUHOT DE KERSERS. (A.). : « Histoire statistique et monumentale du département du Cher », 6 vol. Paris, 1875-1895, réédition. 1991.

 Archives Départementales du Cher : - 37 H 12, n° 5.

[18] DU TEMS. (Hugues.). : « Le clergé de France, ou tableau historique et chronologique des archevêques, évêques, abbés, abbesses et chefs des chapitres principaux du royaume, depuis la fondation des églises jusqu'à nos jours ». Editeur Brunet 1775. Page 117.

[19] ADC = Archives Départementales du Cher.

[20] ROBERGE. (Céline.). : « LES ABBAYES CISTERCIENNES DE L'ANCIEN DIOCESE DE BOURGES AUX XIIe ET XIIIe SIECLES ».

[21] BUHOT DE KERSERS. (A.). : « Histoire statistique et monumentale du département du Cher », 6 vol. Paris, 1875-1895, réédition. 1991.

[22] BUHOT DE KERSERS. (A.). : « Histoire statistique et monumentale du département du Cher », 5 vol. Paris, 1875-1895, réédition. 1991. Page 283.

[23] ROBERGE. (Céline.). : « LES ABBAYES CISTERCIENNES DE L'ANCIEN DIOCESE DE BOURGES AUX XIIe ET XIIIe SIECLES ».
 "Plusieurs personnes bien informées m'ont affirmé que l'emplacement de l'ancienne abbatiale est aujourd'hui recouvert par la piscine" .

[24]  « Cartulaire de l'abbaye de Beauvoir » (Bibliothèque nationale de France (Paris) , lat. 12742 , ) ", in cartulR - Répertoire des cartulaires médiévaux et modernes . Paul Bertrand, directeur. Orléans : Institut de Recherche et d'Histoire des Textes , 2006 . (Ædilis, Publications scientifiques, 3)


Bibliographie :

AUBERT (M., avec la participation de la Marquise de Maillé), L'architecture cistercienne en France, 2 vol., Vanoest, Paris, 1947.

BOYER (H.), Dictionnaire topographique du département du Cher comprenant les noms de lieux anciens et modernes, R. Latouche, Imp. Nat., Paris, 1926.

BUHOT DE KERSERS (A.), Histoire statistique et monumentale du département du Cher, 6 vol., Res Universis, Paris, 1875-1895, rééd. 1991. 

DESHOULIERES (F.), Les églises de France – Cher, coll. Les Eglises de France, Letouzey et Ané, Paris, 1932.

GUERRIER (A.), Les moniales cisterciennes en Berry au XVIIe siècle, Cahiers d'archéologique et d'histoire du Berry, n° 136, 1998.

ROBERGE. (Céline.). : « LES ABBAYES CISTERCIENNES DE L'ANCIEN DIOCESE DE BOURGES AUX XIIe ET XIIIe SIECLES ».

 



poster un message    lire les messages [5]