INSERT command denied to user 'extads_blog'@'10.22.104.219' for table 'log'UPDATE command denied to user 'extads_blog'@'10.22.104.219' for table 'log' seconde Geographie Histoire/Géographie/EMC

partie 1.

Du développement au développement durable.

La vidéo sur Mexico: http://www.reseau-canope.fr/tdc/tous-les-numeros/le-mexique/videos/article/iztapalapa-un-quartier-sur-le-volcan.html

Le schéma de synthèse sur Mexico: http://www.ac-paris.fr/portail/upload/docs/application/x-shockwave-flash/2010-12/mexico_-_schema.swf

Vous pouvez télécharger le dossier documentaire à l'adresse suivante: http://dl.free.fr/kWuEpdtEX


L'étude des sociétés montre un accroissement des disparités de développement et cela à toutes les échelles. Et pourtant un défi se pose: satisfaire les besoins d'une population de plus en plus importante qui pourrait dépasser les 9 milliards en 2050.

A ce constat et à ce défi, le développement durable est-il une réponse aux besoins des générations actuelles et futures?

I° Un développement inégal et déséquilibré à toute les échelles.

Les inégalités sont très fortes à l'échelle de la planète: le Nord concentre 17% de la population mais 68 % de la richesse mondiale mais des pays apparaissent plus riches , ce sont les pays anciennement industrialisés.

Le Sud: 83% de la population mais 32% de la richesse mondiale: les critères de développement font apparaître de fortes inégalités parmi le Sud: la Chine et le Brésil rivalisent avec les pays du Nord mais l'Afrique subsaharienne concentre les PMA.

Ainsi est-il préférable de parler des Nords et des Suds.

Les inégalités apparaissent à toutes les échelles:

  • A l'échelle continentale, des progrès dans le développement en Asie ( Chine, Inde, Asie du Sud-Est mais le Bangladesh demeure un PMA.

  • À l'échelle des Etats, la disparité ville/campagne est la plus importante dans les Suds ce qui génère un fort exode rural: les ruraux fuient la misère des campagnes.Autre disparité, le contraste intérieur/ littoral ( Chine ).

  • À l'échelle urbaine, les mégapoles du Sud voient 30 à 60% de leur population habiter dans des bidonvilles. Les villes connaissent une fragmentation de leur territoire: les riches vivent dans des quartiers fermés et sécurisés ( gated communities ) et les pauvres dans des ghettos en banlieues car les centre-villes sont réhabilités et reconquis par les classes moyennes.


La pauvreté persiste dans le monde même si elle recule globalement,


II° Quels besoins pour 9 milliards d'hommes en 2050?

L'explosion démographique s'est ralentie: les PED sont en transition démographique et assurent la quasi totalité de la croissance démographique mondiale, leur population est jeune.

Les pays riches ont achevé leur transition démographique: leur population vieillit et l'Europe devrait perdre de la population ( de 730 à 660 millions )

Une population urbaine:dès 2020, 60% de la population de la planète vivra en ville: cette urbanisation concerne en priorité les PED dont les Etats-continents qui aujourd'hui comportent une majorité de ruraux. L'exode rural va donc s'accélérer.

De nombreux défis perdurent: il s'agit de satisfaire des besoins vitaux comme la nourriture, l'eau , la santé et l'énergie.

des besoins cruciaux comme le logement, , l'éducation, la démocratie.

Les situations les plus graves se rencontreront dans les espaces qui souffrent déjà: en particulier les PMA.


III° Mettre en oeuvre des modes durables de développement.


Le développement durable repose sur trois piliers qui se sont ajoutés depuis le XVIII° siècle: le libéralisme privilégie la croissance économique ( produire plus sans souci de partage des richesses ni d'environnement). Puis le XIX° pose le problème de la question sociale en particulier la place des plus pauvres. Enfin la seconde moitié du XX° siècle redonne sa place aux exigences environnementales ( sauver la planète pour sauver l'Homme )


Quels modes durables de développement et à quelles échelles?

Une pensée globale pour des actions locales.

  • Le constat doit être globale pour mesurer toutes les inégalités qui affectent les sociétés humaines: il faut ainsi les corriger tout en préservant une Terre vivable et viable. C'est le rôle des institutions internationales gouvernementales ainsi que les ONG.

  • Les indicateurs sont utiles mais ne doivent pas déboucher sur des discours réducteurs et moralisateurs: empreinte écologique; nombre de terres nécessaires en fonction du niveau de vie...

A quelles échelles intervenir?

    • Les grandes conférences internationales ont montré leurs limites: des pays refusent de ratifier les accords, il n'y a pas de contrainte ni sanction, difficultés à s'entendre débouchant sur des compromis à minima. ( forum du millénaire; COP 21 en 2015 )

    • L'approche régionale est souvent réservée aux pays riches ( UE et PAC, Natura 2000 ).

    • L'Agenda 21 globale se décline en Agendas 21 locaux appliqués à l'échelle d'une région, d'un département, d'une ville , d'un quartier voire d'une école: il permet à chacun d'agir en acteur responsable.

Le dd place l'homme au centre de la réflexion des rapports nature/société et se décline au pluriel: il n'existe pas un modèle unique de dd. Les dd doivent encourager la construction d'un monde meilleur qui repense les solidatités entre riches et pauvres et qui évolue vers plus de justice sociale.






poster un message    lire les messages [0]