Sans lui

Je pensais pouvoir contrôler ma vie

Je pensais pouvoir contrôler mes désirs

Je pensais pourvoir contrôler ma douleur.

Mais rien ne se contrôle,

Tout se subit.

La douleur fait trop mal, elle contrôle l'esprit

Comme un démon qui nous habite, on ne peut plus vivre.

La douleur nous consume petit à petit

Jusqu'à ne nous laisser aucun répit.

Le courage et la volonté ne sont pas infinis ; comme une batterie qu'il faut recharger. Quand la batterir est à plat, il n'y a plus d'espoir.

Plus de courage, plus de volonté, alors à quoi bon continuer.

Vivre sans lui, c'est m'enlever le souffle de ma vie.


poster un message    lire les messages [0]