article presse

  lavoixdunord.frCollines d'Artois L'atelier du cuir ou la double vie de Jean-Michel Lemaître jeudi 28.08.2008, 04:50 - A. C.    Jean-Michel Lemaître a deux vies: la journée aux Hôpitaux de Paris et le soir dans son atelier de bourrellerie à Verdrel. | FRESNICOURT-LE-DOLMEN | Certains le connaissent comme employé des hôpitaux de Paris, d'autres comme président du club de tir à l'arc de Bully-les-Mines, mais quand il n'est ni à Paris, ni en train d'organiser un championnat de France de tir à l'arc, c'est dans son atelier de bourrellerie, à Fresnicourt-le-Dolmen, que vous avez le plus de chances de rencontrer Jean-Michel Lemaître.
« Je suis dans mon atelier de 18 heures à minuit, parfois plus tard en fonction du travail », raconte Jean-Michel Lemaître. Levé à 4 heures, couché à minuit, une vie bien remplie qui a l'air de convenir à ce passionné.
OAS_AD('Position1');
En 2006, à l'âge de 39 ans,Jean-Michel Lemaître est parti en formation à l'atelier Epona, à Chantilly, pour apprendre son deuxième métier. «  Ça me plaisait de travailler le cuir alors j'ai demandé à partir en formation. J'ai fait un an d'école. On ne faisait que de l'atelier, de 8 heures à 17 heures, et le soir j'allais chez mon maître de stage pour apprendre encore le métier ! » Au retour, il s'est installé comme artiste et a créé son atelier dans son garage. « J'aime les défis » Même si aujourd'hui il lui arrive encore de demander des conseils à son maître de stage, il assure qu'il peut « tout faire » en cuir. Le client vient avec son idée et il la réalise. « Ça tient à la fois de l'artisanat et de l'art parce qu'il y a un vrai travail de création.  » Jean-Michel Lemaître a par exemple dessiné des bracelets pour le tir à l'arc. Il crée aussi des carquois, de la maroquinerie (ceintures, portefeuilles...) et bien sûr tous les cuirs pour le harnachement des chevaux. Outre la création, il fait également de la réparation. Le bourrelier a recours à différentes techniques et à des outils très particuliers. Il possède également quelques machines étonnantes dont une machine à coudre à pédale de 1900, même si la plupart du temps il privilégie la couture à la main. «  C'est plus beau et de meilleure qualité.  » Le choix du cuir est également très important dans son travail : cuir souple ou dur, choix de la couleur... Ses fournisseurs se trouvent en Belgique et en Isère. «  Pour avoir du cuir de qualité, je vais sur place en Belgique pour le choisir. Pour la couleur, quand je ne trouve pas ce que je veux, il m'arrive de teindre moi-même. » Bien sûr la qualité à un prix, mais pour un petit objet comme une ceinture, il faut compter seulement 25 euros. Les clients viennent parfois de loin : Lyon, le Jura. Ce sont des particuliers, mais aussi des sociétés (loges, ordres de pharmaciens...), qui veulent des ceintures ou encore des porte-épée en cuir, et des clubs de tir à l'arc. «  Je peux faire des choses qu'on ne trouve pas dans le commerce. J'aime créer, j'aime les défis, quand un client vient avec une demande particulière. » Des objets uniques et sur mesure qui vont du harnachement personnalisé à la ceinture en cuir grande taille. Pour Jean-Michel Lemaître, «  le cuir, ce n'est même pas un travail, c'est un plaisir ». Pour l'instant, la bourrellerie ne lui suffirait pas pour vivre, mais, dans ses rêves, il s'imagine probablement quitter l'hôpital et ouvrir une boutique, ici, dans la région. > Atelier du cuir, 55, rue Jean-Jaurès, Verdrel, à Fresnicourt-le-Dolmen. Tél : 03 21 27 00 15. Site : http://www.my-microsite.com/atelier-du-cuir

poster un message    lire les messages [0]