Pictes et pictons

Nier le lien entre Pictes et Pictons serait une gageure. Une ancienne définition prétendait que la signification « d'hommes peints ou tatoués » aurait désignés ces peuples d'où la littérature cinématographique que l'on connaît mais ce n'est pas certain. Le nom des Pictons est resté dans la ville de Poitiers dans le Poitou. L'assemblage de deux peuples, les Ambilates (voir Ambis) et les Agnanutes-Agnotes (voir Agones – Alaunes - Vellaunes) aurait donné naissance à cette nation sans doute correspondant à un peuple marin préexistant. En effet, les Vellaunes ont migré dans la région des Ambis avant de poursuivre leur chemin vers le sud, incitant ceux-ci à entreprendre un exode vers l'ouest. Les Agnotes, les Ambilates, rejoint par les Namnètes auraient rejoint la fédération Vénète. Le reste de la population avait préféré le joug romain. Ils furent avec les Santons les fournisseurs de bateaux pour la conquête des Vénètes et de l'Angleterre.

http://img15.hostingpics.net/pics/324415pictespictons.jpg

http://img15.hostingpics.net/pics/595704pictons.jpg

Les ancêtres des Pictons, les Pictes auraient préalablement migré dans la région de Belfast. Ils s'émancipèrent en rejoignant l'Ecosse aux côtés des Calédoniens et fondèrent un royaume. Le terme scott est un terme importé de Germanie. Plutôt que l'Ecosse, cette région devrait s'appeler d'abord Calédonie, puis Pictie.

http://img15.hostingpics.net/pics/815816pictes.jpg


Derniers commentaires   

Posté le 2018-06-10 12:14:43 par artios
artiosCelà dit, outre le fait que je ne me suis pas basé sur les textes mythologiques pour faire cette proposition, vos travaux doivent certainement être intéressant. Quel dommage que votre intervention soit si longue, car leur référence n’apparaît pas. Je vous invite donc à déposer un nouveau message, à moins que vous ne faisiez que passer pour déposer vos colis.

Posté le 2018-06-10 12:11:44 par artios
artiosCher monsieur, votre argument est aussi caduque que le mien, car on ne peut baser une non-appartenance sur une évolution des usages. Ce blog propose donc une théorie sur la linguistique et la similarité des noms. C'est donc plus un étendard sacré qu'un rapprochement ethnique. L'ethnicité celte, vous le savez, se construit au fur et à mesure des déplacements et groupements. Il y a probablement dans le groupe des Pictes une diversité énorme, sauf dans les clans peut-être, qui pour s'y retrouver retiennent leur propre linéarité. Cette appartenance n'est pas toujours patrilinéaire, mais clanique. Le clan se retrouve toujours sous un nom, voire une théonyme.

Posté le 2018-05-28 19:35:55 par fkurzawa
Certains ont imaginé à partir de textes mythologiques irlandais que les Pictes se seraient divisés en deux groupes : l’un qui se serait installé entre la Loire et la Gironde (les Pictons) et l’autre qui aurait continué sa route vers l’Irlande pour migrer ensuite vers l’actuelle Écosse (les Pictes). C’est oublier que, comme leurs noms l’indiquent, des textes mythologiques ne sont pas des textes historiques. Aussi accorder un quelconque crédit à des textes mythologiques qui relèvent davantage de la fiction que de la réalité n’a rien d’historique. Donc cet argument n’a aucune valeur et relève davantage du fantasme ou d’une volonté de se forger une identité commune avec les Pictes. Les Pictes ont parsemé leur territoire de plusieurs centaines de stèles agrémentées de motifs indigènes propres à leur culture. Mieux que des écrits, ces stèles constituent la signature la plus marquante de ce peuple. Chaque année, de nouvelles stèles viennent grossir le corpus déjà important de ces témoignages du passé. La Pictish Arts Society s’en fait l’écho à travers ses bulletins d’information, de même que la Society of Antiquaries of Scotland. Ces stèles sont à la fois des marqueurs territoriaux et des symboles identitaires. Leur présence suffit à confirmer l’influence picte sur le territoire où elles ont été érigées. Elles sont des signatures lapidaires de ce peuple disparu. Tout territoire pourvu de ces stèles a été picte à un moment de son histoire. L’absence de ces stèles sur un territoire donné interdit d’y voir une présence picte. Or, aucune stèle de classe I ou II n’a été exhumée sur le territoire occupé par les Pictons. C’est bien la preuve qu’il n’y a aucun lien entre ces deux peuples. Car comment imaginer qu’un peuple qui s’est identifié à travers ses stèles n’en ait pas laissé dans cette partie de la Gaule alors qu’il s’en trouve partout en territoire picte – et parfois même en dehors des limites de ce territoire comme en témoigne le rocher découvert récemment à Trusty’s Hill en Galloway. En résumé, rien n’autorise à établir un quelconque rapprochement entre les Pictes tatoués d’Écosse et leur homonyme, les Pictons peints de Gaule. Il s’agit là de deux peuples différents qui n’ont aucun lien de parenté en dehors de cette homonymie. Ite missa est ! Je vous conseille de lire mon ouvrage sur les Pictes qui vient de paraître. Cela vous montrera qu'il n'y a aucun rapport entre les Pictes et les Pictons. Frédéric Kurzawa, A l'origine de l...