LA BONNE SURPRISE !

 

Évaluation clinique de l’intelligence chez des enfants autistes non verbaux: la bonne surprise

Crée le 17 décembre 2011

De récentes études démontrent que certains tests d’intelligence (ex : Wechsler) sous-estimeraient le potentiel intellectuel des personnes autistes, de façon encore plus marquée pour les autistes non verbaux. En effet, la plupart des enfants autistes non verbaux ne sont tout simplement pas évaluables avec le Wechsler et sont donc souvent considérés d’emblée comme ayant un retard intellectuel. La présente étude vise donc à évaluer le potentiel intellectuel de ces enfants « non évaluables ». Dix-neuf enfants autistes non verbaux de très bas niveau de fonctionnement apparent, âgés de 6 à 12 ans, ont été recrutés dans une école spécialisée pour enfants autistes avec déficience intellectuelle. Ils ont été évalués à l’aide d’un WISC-IV et de trois autres tests plus adaptés au style cognitif des personnes autistes : les Matrices progressives de Raven couleur (RCPM) version encastrable, le Children Embedded Figures Test (CEFT) et un test de recherche visuelle (VS). Un groupe contrôle de 25 enfants typiques appariés en âge et niveau socio-économique a également été évalué. Aucun des enfants autistes n’a pu compléter de manière valide aucun sous-test du WISC-IV. Par contre, 16 des 19 enfants autistes ont compris et complété le CEFT et le VS et 15 ont pu compléter le RCPM. Le groupe autiste a démontré le même patron de réponse que le groupe contrôle dans les différentes conditions du CEFT et du VS, malgré des temps de réponse généralement plus lents. Également, 8 des 15 enfants autistes ayant complété le RCPM ont obtenu des scores se situant dans l’intelligence normale, ce qui correspond à un peu plus de 40% de l’échantillon total (8/19). Ces résultats démontrent que les enfants autistes non verbaux peuvent être évalués avec certains tests qui ne nécessitent pas ou peu de consignes verbales. Certains de ces enfants peuvent en fait présenter des capacités intellectuelles dans la normale, ce qui a d’importantes implications pour les approches pédagogiques mises en place.

Auteurs : COURCHESNE, Valérie 1; MEILLEUR, Andrée-Anne S. 1; SOULIÈRES, Isabelle 2;
Présentateurs : ISABELLE, Soulières; COURCHESNE, Valérie
Communications orales liées :
Mots clés : autisme, perception, intelligence, déficience intellectuelle, recherche visuelle, raisonnement
Type de communication : symposium
Axe de communication : fondamental / neuropsychologie
Courriel : isoulieres@gmail.com

1Université de Montréal; 2Université du Québec à Montréal;


Derniers commentaires   

Posté le 2018-04-10 22:11:45 par ardianv
ardianvMerci Chantal d'être venue à la réunion au local :)! Le diagnostique est pour l'instant clinique ( DSM V) et on nait autiste , on ne le devient pas . Au plaisir de te revoir :)!

Posté le 2018-04-10 20:36:50 par chantal.thomas20
bonjour, peux tu me dire sur quelle critère s'établit le diagnostique d'autisme? Peut on devenir autiste? Connaissez vous Sesad autime à st brévin 44? merci