Le mensonge

Le mensonge est quelque chose qui est régulièrement mal vécu et assez mal accepté. La plupart du temps, les "menteurs" effraient.

Face au menteur, il n'existe en général aucune indulgence, c'est une attitude que notre société ne tolère pas. Et l'intensité de l'aversion est d'autant plus grande si l'on a été fréquemment exposés à des mensonges durant son enfance, au sein de sa famille.

Nous avons tous besoin de bases claires et vraies pour nous construire sereinement, car on ne peut bâtir sur le flou et l'incertain. Ce serait autant tenter de se dresser sur des sables mouvants. Si, par exemple un parent, ment à son enfant sur son histoire, ou du moins sur ce qui le concerne directement ou indirectement, il ne sera pas étonnant de voir cet enfant, en grandissant, tenter de restaurer la vérité, le reste de sa vie. Et l'on comprendra à quel point il sera encore plus sensible aux mensonges des autres, les adultes ayant trahi sa confiance dès son plus jeune âge.

Il est alors important de dissocier mentalement les personnes rencontrées à l'âge adulte, des personnes qui ont imprégné son enfance. C'est capital, et puis aussi, pour plus de recul, comprendre les véritables racines du mensonge.

En réalité, il n'existe pas de menteur, mais simplement une personne qui raconte un mensonge. La distinction est en effet importante, car il est fort réducteur de définir une personne par une parole ou un mot. Le mensonge est avant tout le signe d'un malaise, voire d'un profond mal-être. Il faut donc cesser de croire que c'est la trahison suprême.

Si quelqu'un vous ment, il ne faut pas s'imaginer que c'est dans l'intention de vous faire du mal ou de vous nuire : c'est en réalité tout le contraire. De manière volontaire ou involontaire, le mensonge est généralement utilisé soit pour épargner les personnes auxquelles on tient, soit pour se défendre lorsqu'on se sent en danger, soit enfin pour se valoriser et attirer l'attention sur soi. Un mensonge chronique est en revanche le signe d'une importante souffrance que l'individu n'a pas pu exprimer autrement.

Il serait donc préférable, plutôt que de se sentir directement visé, d'essayer de voir ce qui pousse l'autre à mentir. Et dans ces conditions un véritable dialogue pourra s'amorcer… Mais reste à savoir si à ce moment-là vous serez prêt à entendre…la vérité ?

poster un message    lire les messages [0]